La Val d'Orcia

La relation entre l’homme et la nature est visible dans la littérature et dans l’architecture humaniste. En automne, le torrent qui donne son nom au lieu (Orcia) est en pleine activité. On pourrait croire qu’il va tout emporter sur son passage. En été, il se tarit en raison des grandes chaleurs. Dans la partie occidentale de ce paysage attrayant, prend place le Mont Amiata. Il s’agit du plus haut volcan éteint du pays.
 
L’UNESCO qualifie la Val d’Orcia ainsi : « reflet exceptionnel de la réécriture du paysage durant la Renaissance qui illustre les idéaux de bonne gouvernance et la recherche esthétique qui a présidé à sa conception. » et comme « célébré par des peintres de l’école de Sienne, qui s’est épanouie à l’époque de la Renaissance. Des images de la vallée de l’Orcia, images d’un paysage idéal où l’homme vit en harmonie avec la nature, sont devenues des icônes de la Renaissance et ont eu une influence profonde sur le développement du paysagisme. » Au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2004, ce parc naturel, artistique et culturel du Val d’Orcia cherche à préserver le patrimoine des cinq municipalités (Castiglione d’Orcia, Montalcino, Pienza, Radicofani et San Quirico d’Orcia).
 
A Castiglione d’Orcia, les petites rues étroites paraissent vraiment pittoresques tout comme les places, surtout la Piazza il Vecchietta. La mairie comprend toujours une fresque de l’école siennoise).
Montalcino est connu pour son Brunello, un vin rouge dans les meilleurs au monde cultivés sur 1 500 hectares de vignobles. Sa célébrité provient également du centre historique et de l’art qui s’y trouve. Les églises, la place et le musée méritent le détour. L’abbaye de Sant-Antimo, fondée en 781, se situe à 10 kilomètres de Montalcino. Sa crypte comprend une fresque représentant Jésus sortant du sépulcre entre deux anges.
 
La petite ville touristique de Pienza est située sur un promontoire. Elle est entourée de fortifications et elle doit au Pape Pie II ses églises et ses palais. Enea Silvio Piccolomini, de son véritable nom, s’était réfugié au milieu du XIVe siècle dans la vallée. Homme cultivé, diplomate, excellent orateur, il veut donner vie à sa ville idéale en ce lieu et la fera construire en moins de trois ans (élu Pape en 1458, il décide sa construction en 1459 qui se termine en 1462).
 
La rivière d’Orcia, parfois accueillante, parfois repoussante, est visible depuis Bagno Vignoni, là où Laurent de Médicis venait se baigner. La commune de Radicofani contient aussi le village austère de Rocca d’Orcia et une vue sur le Château de Ripa d’Orcia.
La ville de Sienne expose dans son musée archéologique des objets provenant de San Quirico d’Orcia.

 Vous aimez cet article ?  

 

 

  RETOUR PAGE PRECEDENTE

Une sélection de locations saisonnière en Toscane et en Ombrie pour des vacances en famille ou entre amis.